Circuit: La Tunisie et l’Algérie romaine

Circuit:La Tunisie et l’Algérie romaine
Prix:
NC
 
autres circuits Autres Circuits
 
Autres Produits
excursions Excursions
rabdonnées Randonnées
La Tunisie Antique et Islamique La Tunisie est un pays de grandes civilisations, un véritable réservoir archéologique dont la qualité et la richesse peuvent être comparées à celles des grands sites de Sicile, de Grèce ou de Turquie. Il faut découvrir la Tunisie pour comprendre ce que fut l’Antiquité, pour croiser les pas des héros ou des généraux qui ont laissé leurs noms dans l’Histoire ou pour appréhender le cadre de vie de peuples qui ont profondément aimé cette terre aux fabuleux paysages. Les ruines de Carthage parlent de cette Ville Nouvelle que créèrent les Phéniciens et qui domina le monde méditerranéen jusqu'à ce que Rome l’eût anéantie. La pierre blonde et rousse des vieilles cités romaines rappelle, dans des ruines grandioses, la richesse de cette province d’Afrique qui fut un des principaux greniers à blé de Rome et un des foyers essentiels du christianisme, avec des personnalités aussi fortes que St Augustin et sa mère Ste Monique. La Tunisie, c’est aussi Kairouan dont la mosquée dit la force de l’expansion arabe et la vigueur de la nouvelle foi. De la domination arabe, le pays a conservé ses superbes mosquées et les monastères fortifiés que sont les ribat. De cette époque aussi datent ses villes capitales : Kairouan, Mahdia et Tunis. L'Algérie Romaine De la côte méditerranéenne jusqu’aux confins des Aurès, l’Algérie romaine recèle des trésors archéologiques fort mal connus. Cette colonie établie au 1er siècle avant J.-C. par l’Empire Romain ne cessera d’évoluer, pendant plusieurs siècles, empruntant ce qu’il y a de plus beau dans l’urbanisme et l’art gréco-romain. Architecture monumentale, mosaïques polychromes aux motifs baroques, sculptures de marbre… font aujourd’hui la richesse des sites et des musées archéologiques d’Algérie. Ces vestiges insoupçonnables racontent en filigrane l’histoire d’une province qui développa sa propre identité pendant plus de quatre siècles de l’autre côté de la Méditerranée. La promenade historique que propose ce voyage offrira aux visiteurs l’opportunité de s’immerger et d’admirer un patrimoine culturel d’une qualité exceptionnelle…
Jour 1 : Paris / Tunis
Vol régulier, le matin,vers Tunis. A l’arrivée, route vers l'antique Carthage fondée par la Phénicienne Elyssa au IXe siècle avant J.-C. Rasée, selon ce que dit la tradition, par les romains en 146 avant J.-C., des éléments de la ville carthaginoise ont ressurgi lors des dernières fouilles au niveau de la colline de Byrsa. Nous descendrons au Tophet, l’un des plus anciens lieux de culte punique de la ville, peut-être lieu de sacrifices d'enfants, aux anciens ports puniques et enfin aux thermes d’Antonin . Dîner et nuit à Tunis (Gammarth).
Jour 2 :Tunis, Carthage, Tunis
Visite au Musée du Bardo qui conserve mosaïques et sculptures, extraites de sites que nous allons retrouver tout au long de ce périple archéologique. Retour à Carthage nous visiterons Des terrasses, proches de l’ancienne cathédrale Saint-Louis et du Musée National de Carthage dont la vue s’étend sur la plus grande partie du site de Carthage. Au pied du musée s’étend le quartier de la ville punique dite « Hannibal ». En fin d’après-midi, nous irons boire un thé à la menthe à Sidi Bou Said, joyau de l’architecture traditionnelle. Retour à Tunis. Dîner et nuit à Tunis (Gammarth).
Jour 3 :Les Sites de Dougga et Bulla Reg
(Etape de 150 Km) Visite de Dougga, sans doute le site le plus majestueux et le plus suggestif de Tunisie. L'antique Thugga n'a jamais changé de nom, sous le nom latin on reconnaît le vocable punique de Tukka. La ville est construite sur les pentes de la colline dominant la riche plaine de l'oued Khalled ; le théâtre s’ouvre sur le spectacle du site jusqu’au mausolée libyco-punique.Le long des rues abruptes, nous découvrirons le charme d'une cité aux somptueux bâtiments publics, le capitole, le temple de Junon... et aux luxueuses maisons. Poursuite du chemin vers Bulla Regia. Son origine s'explique par les nombreuses sources bien visibles encore de nos jours. La ville est passée des possessions carthaginoises au domaine numide. Rome y a aménagé une ville classique et la chaleur de l'été a conduit ses habitants à inventer des maisons à étage souterrain dont les pièces sont ornées de superbes mosaïques. Dîner et nuit dans la région du Kef.
Jour 04:Maktar, Kairouan
(Etape de 145 Km) Ce matin, route à travers de superbes paysages, pour atteindre Maktar dont l'origine est préromaine. La permanence de cette culture libyco punique est présente dans le temple de Hother Miskar. Mais la ville prospéra sous l'empire romain laissant de somptueux monuments (arcs de triomphe, forum, thermes) avant d'être occupée par les byzantins (forteresse). Cet après-midi, route vers Kairouan, fondée vers 677 par Opba Ibn Nafi, le premier conquérant arabe de l'Afrique. Kairouan se dresse dans la plaine. Capitale du nouveau pouvoir, sa grande mosquée est un témoignage de l'art du IXe siècle qui prolonge dans son plan celui de la mosquée El Aqsa de Jérusalem. La « mosquée du Barbier » en réalité Zawiya de Sidi Sahib date du XVIIe siècle et son charmant décor a été restauré récemment. Dîner et nuit à Kairouan.
Jour 5 :Zaghouan, Thuburbo, Maius
(Etape de 130 Km) Route vers Zaghouan.Visite du site d’ Uthina et continuation vers Cheyllus, station thermale de l’âge d’or romain. Sur la route nous verrons les restes monumentaux de l'aqueduc romain de Zaghouan. La ville de Thuburbo dont le nom dénote une origine préromaine se couvrit de monuments somptueux à partir du IIe siècle et nous pourrons saisir l'importance de ces grandes familles qui n'hésitaient pas à offrir à leur ville des monuments gigantesques, tel le portique des Petronii. Pour finir, visite des thermes, et du forum. Dîner et nuit à Tunis (Gammarth).
Jour 6 :Tunis /Frontière Algérienne Anna
Le matin, nous visiterons la médina de Tunis. Faisant l’objet d’un plan de sauvegarde de l’Unesco, la médina de Tunis reste un ensemble authentique et vivant dont le coeur est la Mosquée de la Zeituna qui fut un des centres intellectuels les plus prestigieux du Maghreb. Flânerie dans les vieux quartiers et les souks. Déjeuner. Dans l’après-midi route vers les frontières Algérienne, Arrivée dans la soirée à Annaba. Transfert à l’Hotel
Jour 7:Annaba, Hippone, Annaba.
Journée consacrée à Annaba et au site d’ Hippone. Avant de devenir une colonie romaine sous les Antonins, Hippo Regius (ou Hippone) fut d’abord une colonie carthaginoise, puis la résidence des rois numides et enfin municipe romain, sous Auguste. Elle sera ensuite occupée par les Vandales puis les Byzantins et, enfin, par les Arabes au Xe siècle, jusqu’à la fin de la période fatimide. La cité eut pour évêque Saint Augustin de 396 à 430 après J.-C. Situé au sud-ouest d’Annaba, le site s’ouvre à l’Est sur la baie d’Annaba, à l’Ouest, il est bordé de collines au pied des monts du Zaghough. Hippone couvre à l’époque romaine une superficie de 60 hectares et la commune englobe pas mal de Fundi, c’est-à-dire des grands domaines agricoles dont on trouve les vestiges dans toute la région : bâtiments agricoles et spacieuses villas. On y cultive le blé mais également l’olivier pour la production d’huile, les arbres fruitiers (citronniers, figuiers, amandiers, grenadiers, etc.) Mais la grande richesse est surtout tirée du vignoble et du blé qui sont exportés depuis son port. C’est le centre principal d’exportation pour tout l’est algérien. L’exploitation des carrières de marbre à veines rouges du Ras Al-Hamra, le porphyre rouge et le porphyre vert ont aussi fait la richesse de la cité. Et l’importance du grand marché dont les vestiges ont été exhumés prouve également l’ampleur des échanges commerciaux qui se tenaient à Hippone. Les vestiges archéologiques concernent surtout la période romaine et en particulier : le forum, le plus étendu et le plus ancien découvert au Maghreb, le théâtre, les thermes et un certain nombre de villas décorées de mosaïques. Dîner et nuit à Annaba.
Jour 8:Annaba, Souk Ahras, Tebessa
Ce matin, visite du centre ville d’Annaba avec sa place rectangulaire à arcades et sa gare, une architecture de fer qui forme un véritable décor de cinéma. Nous partirons en fin de matinée pour Tebessa. En route, nous visiterons Souk Ahras. Souk Ahras est la ville de naissance de Saint Augustin, figure centrale de l’antiquité tardive et l’un des principaux « Pères de l’Eglise ». Saint Augustin naquit en 354 après J.-C. dans la cité de Thagaste (Souk Ahras) et mourut 76 ans plus tard, non loin de là, à Hippone (Annaba). Dîner et nuit à Tebessa.
Jour 9 :Tébessa- Batna
(190 Km) Tébessa fait partie des cités entièrement fondées, comme Timgad, Lambèse..., par les Romains, pour des besoins militaires. Fondée par Vespasien à la fin du 1er siècle la ville fut la première résidence de la 3ème Légion d’Auguste. Sous les Sévère, elle sert davantage le commerce, car non seulement sa situation géographique la place comme point de jonction de neuf voies différentes, mais aussi, parce qu’elle développe ses terres fertiles qui alimentent une grande part de son économie. Deux bâtiments prestigieux caractérisent l'apogée de la cité : d'une part, l'Arc de Caracalla daté de 212, et d'autre part le Temple dit « de Minerve ». Dédié à la déesse Minerve, ce bâtiment est souvent comparé à la Maison Carrée de Nîmes. Pour atteindre la cella surélevée, il fallait gravir 20 marches. En fin d’après midi, route pour Batna. Dîner et nuit à Batna.
Jour 10 :: Batna-Timgad- Lambèse- Batna
(65 Km) Ce matin nous visiterons Timgad, ville entièrement construite suivant le plan des villes romaines etqui constitue le site le mieux conservé d’Algérie. Le plan de la cité formait primitivement un rectangle avec des rues à angle droit délimitant des îlots de dimensions égales. Les édifices sont monumentaux et construits dans des matériaux provenant de la région : calcaire bleu et blanc, grès.Les bâtiments les plus marquants sont : le théâtre daté du milieu du IIe siècle, il est construit au flanc du mamelon au Sud du Forum et pouvait contenir 3500 personnes. L’ arc de Trajan, formé de 3 baies s’élève à l’entrée du cardo maximus. Le marché de Sertius construit au IIIe siècle présente une cour rectangulaire ornée en son milieu d’un bassin, et terminée par un hémicycle. Le Capitole évoque les temples à cella surélevée répandus en Afrique. Le musée du site abrite les plus beaux chefs d’oeuvres des écoles de mosaïques africaines. Ensuite nous irons vers Lambèse : c’est là que la 3eme légion d’Auguste fit bâtir trois camps militaires vers la fin du 1er siècle après J.-C. Une ville fut établie sous Marc Aurèle et devint sous Septime Sévère la capitale de la province de Numidie. Plusieurs bâtiments de cette époque sont à visiter : le praetorium, siège du général en chef et le temple d’Esculape. Au musée, on peut admirer la mosaïque des néréides réalisée avec des tesselles de 2mm. Dîner et nuit à Batna.
Jour 11:Batna, Setif
(170 Km) De Batna, nous ferons route vers Sétif. Bâtie en damier, la ville de Sétif ne manque pas de charme avec ses places, ses larges avenues bordées d’arcades et ses jardins. Visite du Musée national de Sétif inauguré en 1985 et promu au rang de musée national en 1992. La richesse et la diversité de ses collections archéologiques sont réparties chronologiquement sur cinq salles d’exposition (préhistoire, antiquité romano-byzantine, art islamique, numismatique,mosaïque). Au total 1865 objets sont exposés au Musée de Sétif. Les collections de céramiques, de terres cuites, de stèles funéraires et une salle de mosaïques conservent les beaux souvenirs d’un mariage de coeur et de raison entre Numides et Romains. Dîner et nuit à Sétif.
Jour 12 :Djemila, Constantine
(120 Km) Départ pour Constantine. En route, nous visiterons Djemila.L’antique Cuicul, fondée par l'empereur Nerva, a été en premier lieu une colonie de vétérans dont les habitants étaient inscrits dans une tribu de Rome, la tribu des Papiria. Elle avait comme à Sitifis,colonie voisine également fondée par Nerva, Mars pour dieu protecteur. La cité possédait le statut privilégié de colonie. Située sur un éperon rocheux, elle était entourée de montagnes au creux desquelles coulaient plusieurs rivières : les oueds Guergour et Betame.Les vestiges archéologiques nous révèlent deux époques qui permettent presque la division de la ville : l'ancienne ville et la ville plus récente datée du IIe siècle dans laquelle nous découvrirons,entre autres, le Grand Temple, l'Arc de Caracalla sous lequel passait la voie reliant Cuicul à Sitifis (Sétif), le marché de Cosinius, la porte de Jijel. La plupart des bâtiments publics datent du IIe siècle, mais ils ont été bâtis de façon échelonnée dans le temps. La ville n'a pas été construite d'une seule pièce sous Nerva, ni même sous Trajan. Des générations de Cuiculitains ont collaboré à cette oeuvre. Visite du musée du site qui possède une collection impressionnante de mosaïques polychromes provenant des fouilles. Dîner et nuit à Constantine.
Jour 13 :Constantine
La journée sera consacrée à la visite de Constantine.Perchée sur un haut plateau rocheux, limitée par des escarpements vertigineux la ville de Constantine impressionne le visiteur d’où qu’il arrive. Surnommée, « l’écrasante » à cause de son aspect particulier, Constantine « colonia Cirta » fut la capitale de la confédération cirtéenne dont faisait notamment partie Djemila (Cuicul). Ce fut une des villes les plus riches d’Afrique et, après sa destruction par l’empereur Maxence, en 311, Cirta fut relevée par l’empereur Constantin qui lui donna son nom : Constantina. De nombreux points de vue permettent d’admirer les beautés alentour et il est possible de suivre la route de la corniche qui longe les gorges de Rhumel à plus de 100 mètres de hauteur. Nous visiterons le musée et finirons par une découverte du souk. Dîner et nuit à Constantine.
Jour 14 :Constantine/retour
Transfert à l’aéroport Assistance pour le voyage de retour
 
Le Prix comprend::
Le Prix ne comprend pas::